Informations pratiques – guêpes, abeilles et frelons.

Vous trouverez ici quelques informations sur la nature et le comportement des hyménoptères, ainsi que quelques conseils sur la conduite à tenir si vous y êtes confronté, partant du principe qu’une réaction est toujours mieux appropriée lorsque l’on connaît le mode de fonctionnement de « l’ennemi »…

Qui prend en charge les frais d’intervention pour la destruction d’un Nid de Guêpes ou de Frelons?

By | infos utiles | No Comments

Les pompiers n’interviennent donc plus pour exterminer un nid de Guêpes ou de Frelons… Après l’annonce de cette nouvelle, vous allez, par logique,consulter votre contrat d’Assurance Habitation. Et mauvaise surprise, ils ne prennent pas en charge l’intervention de destruction de nid de guêpes ou de frelons. Ils ne prennent en charge que des dégâts impliqués directement par une clause qu’ils garantissent, comme une inondation, ou un incendie par exemple…

Pour les locataire, l’article 18 de la loi du 23 décembre 1986 précise que les produits de traitement sont à leur charge. Seule la main d’oeuvre peut-être imputée au propriétaire. Or une intervention de destruction de nid de guêpes ou frelons, forfaitaire bien souvent, relève essentiellement de l’utilisation de produit. Pour les propriétaires, l’éradication est le plus souvent à leur charge.

Un arrêté ministériel de décembre 2012 classe pourtant le frelon asiatique, Vespa Velutina, dans la liste des dangers sanitaires de 2e Catégorie.  Mais c’est pour le danger qu’il représente pour l’abeille à miel, ou Apis Mellifera, pas pour le particulier confronté à ce danger.

De surcroît, le désengagement des pompiers concernant la destruction de nids contribue au développement à grande vitesse de ce prédateur menançant notre écosystème.

Toutefois, dans certaines communes, le Conseil Général, les mairies, ou les collectivités locales proposent des aides à la destruction de nids. Parfois jusqu’à 80% de l’intervention peut être prise en charge, à la condition d’avoir recours au spécialiste agrée choisi par ses soins. Mais cette information est surtout valable pour le frelon asiatique, et pour le sud de la France, ou son développement devient préoccupant. Pensez toutefois à demander à votre mairie, on ne sait jamais.

Compte tenu de la situation, on peut finir par être tenté d’intervenir soi même. Si vous n’êtes pas un spécialiste, une telle idée n’est pas raisonnable. Nombre d’accidents et de piqûres sont dus à cette idée imprudente.

Pour finir, les pompiers n’interviennent plus, et il faut en cela voir le bon côté de la chose; ils sont plus disponibles pour les victimes d’urgences absolues. Le marché ouvert désormais au entreprises privées, la loi de la compétitivité devrait pour une fois profiter au consommateur…

Pourquoi les prix d’enlèvement de Nids de Guêpes ou de Frelons varient-ils autant?

By | infos utiles | No Comments

On nous pose souvent la question « pourquoi les prix d’enlèvement de nids de guêpes ou frelons varient du simple à plus du triple pour la même intervention? »

 

Pour un enlèvement de nid, les véritables professionnels utilisent tous le même matériel, les mêmes produits et la même technique. Seul le recours au drône pour détruire un nid de frelons asiatiques, ou à la nacelle justifient un tarif élevé. Alors pourquoi les prix annoncés pour l’enlèvement d’un nid sont-ils si différents?

Avec l’évolution de la société, et sa libéralisation, l’artisanat s’est démocratisé. Cela a entraîné des débordements et des abus. En effet, aujourd’hui, il est simple de prétendre maîtriser une technique ou un savoir-faire. Même sans avoir réellement reçu la formation en conséquence. Et beaucoup de professionnels surfacturent leur prestation, profitant du caractère urgent des demandes. C’est le cas dans le domaine de la plomberie, de la serrurerie, du bâtiment, etc… De ce fait, l’éradication de nid de guêpes ou de frelons n’échappe malheureusement pas à ce problème.

Il y a par exemple, les professionnels peu scrupuleux qui font leurs tarifs en fonction des clients. Il y a aussi ceux qui vous annoncent des frais de déplacement à l’arrivée. Ou encore ceux qui ne peuvent vous donner de prix sans venir « évaluer » la situation.  De ce fait, la profession devient comme beaucoup d’autres le théâtre de disproportions en tous genres.

Les Tarifs.

Donc sachez que la profession a une grille tarifaire, une moyenne qu’heureusement beaucoup de nos confrères sérieux et honnêtes pratiquent. Un enlèvement de nid à hauteur d’homme coûte entre 80 et 120 euros. Une éradication en hauteur coûte entre 120 et 200 euros, si l’intervention d’une nacelle n’est pas nécessaire.

Aujourd’hui, grâce à internet,  rien n’est plus simple que de comparer. Appelez plusieurs prestataires, cela vous permettra d’évaluer, et de confronter le prix des interventions de d’enlèvement de nid de guêpes ou frelons.

Pensez lorsque vous voyez un prix d’intervention très bas, à demander à combien s’élèvent les frais de déplacements. Vous serez parfois surpris du prix du kilomètre en île-de-France…

Et que dit la loi ?

Pour finir, il est important de savoir qu’en Avril 2017, une loi est entrée en vigueur concernant l’artisanat.

« l’ Arrêté du 24 janvier 2017 ». Il concerne la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d’entretien.

Cette loi oblige tout prestataire de service à indiquer en public le prix de leurs intervention, notamment sur internet. C’est une chance pour le client, qui a droit à la transparence. Cela l’est aussi pour tous les artisans qui agissent dans l’honnêteté et la régularité.

 

Parce qu’il est temps de rétablir la relation de confiance client-artisan !

Le Frelon, la Guêpe, l’Abeille, ce qu’il faut savoir…

By | infos utiles | No Comments

Le frelon, la guêpe, l’abeille, que faire en cas de découverte de nid ?

Connaissez-vous vraiment le frelon, la guêpe, l’abeille ?
Beaucoup de gens ne savent pas que le frelon européen est un insecte pacifique qui n’attaque pas sans réel motif ; il est beaucoup plus peureux que l’abeille domestique, et prend la plupart du temps la fuite face au conflit.

En Allemagne, le frelon européen est une espèce protégée.

C’est surtout sa taille imposante et le bruit impressionnant de son vol qui provoquent notre crainte injustifiée.

A l’instar des autres hyménoptères, le frelon européen, le frelon asiatique, ou la guêpe ne prennent la défense de leurs reines ou de leurs pairs et ne voient une menace réelle que si le périmètre de sécurité de 3 mètres autour de leur nid n’est pas respecté.

La science a démontré que la piqûre de frelon ne présente pas plus de danger qu’une piqûre de guêpe ou d’abeille, son venin n’étant pas plus toxique.

Il y a donc peu de risque pour votre santé, si ce n’est une douleur très désagréable.

Le vrai danger serait plutôt dans le comportement. Par exemple, en ce qui concerne le frelon asiatique, sa technique de défense consiste à attaquer en groupe. Le nombre de piqûres, et donc forcément la dose de venin, sont plus importants, impliquant alors un vrai danger.

En termes plus scientifiques, beaucoup d’études ont été menées, notemment par le professeur Habermann, ou le professeur Kulike. Lorsqu’il s’agit de tests en laboratoires, on parle alors de LD50, ce qui signifie Dose Laitale, ou dose mortelle, pour 50% des individus testés*.

*bien souvent des rats ou des souris

Il en résulte pour le venin d’abeille une LD50 de 5mg/kg, soit l’équivalent d’une quarantaine de piqûres  d’abeilles pour un être humain.

Pour le venin de frelon, la LD50 est située entre 15mg et 80mg/kg , soit l’équivalent d’une moyenne de 160 piqûres de frelon pour un être humain.

Cela nous prouve que le venin d’abeille est entre 1,5 et 14 fois plus actif que le venin de frelon.

Et l’explication est, vous allez voir, très simple.

Depuis la nuit des temps, les abeilles sont génétiquement programmées pour se défendre contre des vertébrés. L’ours par exemple, ou la martre, qui volent le miel de la ruche, la souris, qui ronge la cire des cadres, ou encore l’homme.

Les frelons asiatiques et européens, ainsi que la guêpe, qui ne produisent pas de miel, sont beaucoup moins menacés. Ils utilisent leur dard essentiellement pour la chasse de petits insectes visant à nourrir les larves attendant au nid. Et bien-sûr en cas de force majeure, pour se défendre.

Guêpes et frelons gardent donc leurs dards et peuvent piquer plusieurs fois.

L’abeille puisqu’elle se nourrit de miel fabriqué avec le pollen qu’elle récolte ne fait que se défendre avec. Elle laisse dard et glande de venin dans la peau afin que la dose maximum soit injectée à son prédateur, et meurt ensuite.

En conséquence, ces hyménoptères utilisent leurs dards et surtout leurs venins à des fins bien différentes. La guêpe et le frelon en font un usage raisonné car ils s’en servent pour la chasse, tandis que l’abeille a pour but d’en injecter le maximum.

Il est du coup très important de différencier les piqûres de guêpes et frelons des piqûres d’abeille, car douleur et réactions peuvent être différentes.

La réaction allergique apparaît plus souvent pour une piqûre d’abeille que pour une piqûre de guêpe ou de frelon.

 

LA REACTION ALLERGIQUE

Parlons un peu de la réaction allergique. Tout d’abord, dans un tel cas, il est impératif de consulter un médecin allergologiste ou le service des urgences le plus proche au plus vite.

Les allergies aux piqûres d’insectes diffèrent les unes des autres.

L’échelle de gravité va de 1 à 4.

Une réaction de niveau 1 sera une manifestation de symptômes localisés 5cm autour de la piqûre par exemple.

Un niveau 4 sera un choc anaphylactique.

Rassurez-vous cela arrive à très peu de personnes sans antécédents.

Sachez de même qu’une personne qui n’a jamais été piquée NE PEUT PAS être allergique !

Il faut avoir été piqué au moins une fois par un hyménoptère pour développer une réaction allergique.

Pour expliquer ceci d’une manière simple, en limitant au maximum les termes médicaux, voici ce qu’il faut comprendre.  Lors d’une première piqûre d’abeille, de frelon, ou de guêpe, chez un individu prédisposé, le corps va produire des anticorps pour se défendre, de type immunoglobuline. Il n’y aura pas de symptômes visibles, donc à ce moment, l’individu n’a pas conscience de son allergie. Mais ces anticorps voyagent avec le sang, et vont se fixer sur des cellules que nous avons un peu partout, appelées les mastocytes.

Lors d’une piqûre ultérieure d’abeille de frelon ou de guêpe, l’allergène va « réactiver » ces anticorps fixés sur les mastocytes. La réaction de notre corps va alors être de libérer de l’histamine. La réaction allergique apparaît alors dans les quinze minutes.

Plus le nombre de piqûres a été important la première fois, plus forte sera la réaction allergique si elle apparaît.

Voilà de manière très résumée pourquoi vous ne pouvez pas être allergique lors d’une première piqûre.

Abeilles, Frelons, Guêpes, comment reconnaître les différentes espèces

By | infos utiles | No Comments

Pour les reconnaître, il faut les connaître… les Hyménoptères, groupe d’insecte auxquels appartiennent les abeilles, les guêpes, les frelons, les frelons asiatiques, les bourdons, et les frelons européens se distinguent par plusieurs caractéristiques  :

 

–  4 ailes, divisées en deux paires, qui se solidarisent en vol

–  un corps qui présente trois parties distinctes; abdomen – tronc – tête

–  un dispositif venimeux à l’appendice de l’abdomen, comprenant dard et glandes de venin

Chez les hyménoptères, seule la femelle possède ce dispositif et peut piquer.

 

        1. Le groupe des Apidés

Apis : abeille en latin. Les Apidés ont un corps duveteux. Le dard de l’abeille présente des similitudes au système d’ardillon de l’hameçon; il empêche sa sortie de la peau, arrachant ainsi une partie de l’abdomen de l’abeille et entraînant sa mort après la piqûre.

Bombus : bruit retentissant en latin. Il définit le bourdon. Lui aussi a un corps très duveteux, voire velu. Le bourdon a un vol très spécifique, et très bruyant. Les femelles, qui seules disposent d’un dispositif venimeux,  piquent mais ne laissent pas de dard. Le mâle ne pique pas.

 

        2. Le groupe des Vespidés

Rayés noir et jaune, leur corps fuselé est segmenté en deux parties, et rétréci en son centre ; l’expression « une taille de guêpe » en est d’ailleurs tirée.

LA GUÊPE

La Vespula, appelée guêpe, ou guêpe sociale habite dans un nid, qui peut contenir parfois jusqu’à 900 individus. La guêpe mesure 1,5 cm, et se nourrit d’insectes, équilibrant aussi par son concours l’écosystème.

On trouve souvent les nids de guêpes dans le sol ou les vieilles souches d’arbre, mais les guêpes font leurs nids aussi dans les murs, dans les charpentes ou l’isolant. La guêpe est attirée par les produits sucrés, les fruits ou leur jus.

Comme nous l’avons vu précédemment, elles possèdent un dard pour chasser, et peuvent donc multiplier les piqûres.

LE FRELON

Le Vespa Crabro, appelé frelon européen et le Vespa Velutina ou frelon asiatique vivent dans des nids. Ils mesurent en moyenne 3,5 cm et se nourrissent d’insectes.

Le nid de frelons contient en moyenne 200 individus, mais ce nombre peut être multiplié par trois si l’on tarde à intervenir.

C’est pourquoi une intervention sur un nid de frelons est à réaliser dès sa découverte, afin que le nid ne se développe pas.

La piqûre du frelon européen ou du frelon asiatique est très douloureuse ; il est bien plus lourd que la guêpe, ce qui augmente logiquement l’impact lorsqu’il entre en contact avec la peau.

Attention : il faut impérativement bien différencier le frelon européen, utile car pollinisateur inconscient, social et peu agressif, du frelon asiatique, agressif, inutile, et présentant une réelle menace pour tout notre écosystème.

C’est un véritable tueur d’abeilles; 50 frelons asiatiques sont capable en quelques heures d’éradiquer une colonie d’abeille de dix milles individus.

Il est un peu plus petit que son congénère le frelon européen, avec une prédominance de noir, et un abdomen rayé orange, et présente la particularité d’avoir deux pattes arrière jaunes visible en vol, qui lui valent le surnom de « frelon a pattes jaunes« .

Le frelon asiatique peut rester sur place en vol. Le frelon européen n’a pas cette capacité de vol stationnaire. Il fait souvent son nid à de grandes hauteurs (nid en haut d’un arbre, en haut d’un immeube, ou encore nid sur cheminée). Très agressif, ce frelon a la particularité d’attaquer en groupe, et est capable d’envoyer un liquide venimeux en direction des yeux.

En cas de nid de frelon asiatique, nous conseillons de laisser un périmètre de sécurité d’au moins dix mètres autour du nid.

Le frelon européen, quant à lui se reconnaît à sa prédominance de jaune, et à sa taille plus imposante. Son vol n’est jamais stationnaire, et le nid de frelon européen est rarement construit  plus haut que dans les toitures, les troncs d’arbre creux, ou sous les tuiles proches des gouttières. C’est un pacifique, peu agressif et social.

Voici un lien très intéressant et très complet si vous voulez en savoir plus sur les hyménoptères et leurs habitudes :

http://guepes_frelons.e-monsite.com/

Comment se comporter face à une Guêpe ou un Frelon

By | infos utiles | No Comments

Beaucoup de gens n’arrivent pas tout de suite à différencier les hyménoptères.

Pourtant c’est très important, dans la mesure ou la méthode d’éradication ne sera pas la même selon s’il s’agit d’un essaim d’abeilles ( il n’y a pas de nid d’abeille), d’un nid de guêpes ou d’un nid de frelons.

Il n’est pas rare de voir un essaim d’abeilles se former sur un arbre, une haie ou un buisson en quelques minutes. Elles sont en période dite d’essaimage. L’idéal est de récupérer l’essaim avant qu’il ne se déplace à nouveau, parfois dans un endroit plus gênant encore.

En ce qui concerne les nids de guêpes, ou de frelons, « l’urgence » de l’intervention par un professionnel agréé est proportionnelle à la gêne occasionnée par l’insecte.

Il existe en Europe de nombreuses espèces appartenant au groupe des Vespidae. Plus d’une vingtaine sont recensées actuellement.

Vous avez accès sur notre site à des photos et descriptions afin de vous aider à reconnaître l’hyménoptère auquel vous êtes confronté.

En règle générale, toutes les espèces sont structurées de la même manière. Que cela soit un nid de frelons ou de guêpes, mâles, femelles et ouvrières s’organisent autour d’une reine. Le nid, aussi appelé guêpier, est constitué d’alvéoles parfaitement hexagonales, ressemblant à du carton, construites en couches les unes au dessus des autres, liées entre elles par endroits. Autour se constitue la partie visible de tous, le nid. C’est une multitude de couches de pâte à papier ou papier mâché qui forme cette « boule » qu’est un nid de guêpes ou de frelons. L’insecte extrait des arbres et buissons autour de lui d’infimes morceaux de bois, la cellulose, qu’il amalgame à sa salive; c’est ce qui constitue la matière du nid. Des dizaines de strates sont ainsi tissées, protégeant parfaitement la colonie des intempéries, avec toujours un orifice d’entrée, repérable car unique.

Certaines espèces gardent toujours la même structure et la même forme. D’autres sont capables d’adapter leur nid au volume et à la surface rencontrée. Vous les trouvez donc sous vos tuiles, dans une annexe, un vieil arbre, dans les combles, dans une cloison, une cheminée, une aération, etc…

Les hyménoptères construisent un nid pour l’année. Ce nid ne sera pas recolonisé l’année suivante.

C’est pour cette raison que vous trouvez parfois des nids vides d’individus ; ils datent de la saison précédente, et ont donc été abandonnés. Si vous en trouvez un, que vous êtes bien certain qu’il est inhabité évidemment, prenez le temps de l’observer et de l’ouvrir. Vous comprendrez combien le travail de ces insectes est extraordinaire de par sa précision.

Un nid de guêpes ou un nid de frelons commence systématiquement de la même manière. Ils sont issus d’une seule femelle, appelée femelle fondatrice, ou reine.

Elle a hiverné, et à l’arrivée des beaux jours, elle sort et se met au travail. Seule à ce stade, et déjà fécondée de la saison passée, elle construit une première strate d’alvéoles, et pond au fur et à mesure des larves à l’intérieur.

Puis en continuant de construire le nid, elle nourrit ces larves jusqu’à éclosion. Des femelles stériles, aussi appelées ouvrières vont alors naître, et prendre le relais dans la construction du nid. La reine va pouvoir alors se consacrer uniquement à la ponte. D’avril à Septembre, le nid va ainsi grandir sans cesse, et accroître son nombre d’individus.

C’est seulement à la fin de l’été que naîtront les premières femelles fertiles qui ne participeront pas au travail collectif. Ce sont en fait les futures reines. Elles vont toutes se faire féconder, puis euthanasier les mâles une fois la tâche de ces derniers accomplie.

A l’arrivée des premiers vrai froids, tous les individus meurent, sauf les femelles fécondées, qui partent hiverner. Et le cycle recommence l’année d’après, ce qui vous explique pourquoi le nid de guêpe et le nid de frelons est à « usage unique ».

 

Le groupe des Vespidae en ce qui concerne la nutrition est principalement insectivore. Ils se nourrissent de mouches, de chenilles, de moustiques, de moucherons, de larves, etc. Ils sont donc très utiles à notre écosystème.

Les espèces comme Vespula Vulgaris, ou Vespula Germanica, respectivement Guêpe Commune et Guêpe Germanique ont des habitudes alimentaires plus hétérogènes. On les retrouvera autour de la viande chez le boucher, sur des fleurs sucrées, dans la vitrine du pâtissier, ou même plus simplement à notre table en été.

Et c’est ce rapprochement à l’homme dans sa recherche de nourriture qui va nous poser problème.

Il est donc nécessaire d’adapter notre comportement.

 

Concrètement, comment se comporter ?

Ne jamais s’approcher d’une personne qui a dérangé un nid pour lui porter secours !

C’est mettre sa vie en danger, rien ne peut les arrêter de piquer, et vous ne pourrez pas lutter.

L’image semble horrible, mais venir en aide à une personne attaquée ne fera que multiplier les victimes.  Il n’y a aucune chance d’être efficace!

Appelez les numéros d’urgences. Précisez bien qu’il y a des frelons partout autour, afin que les pompiers interviennent équipés de vêtements étanches aux piqûres afin de porter secours à la victime.

En cas de piqûre…

Pour les piqûres d’ abeilles, nous avons vu précédemment qu’elle laissait dans la peau son dard, avec la glande de venin, le dispositif visant à injecter tout le venin.

Dans ce cas, tentez de retirer tout de suite le dard s’il est visible avec l’ongle ou en glissant une carte de crédit ou une lame parallèlement à la surface de la peau. Surtout ne pas frotter, ni utiliser de pince à épiler. Cela a pour effet de faire éclater la glande, et libérer ainsi encore plus de venin. Les guêpes et les frelons ne laissent pas de dard.

Contrairement aux guêpes, les frelons asiatiques et européens sont attirés par la lumière. Donc si un nid est installé à proximité de votre habitation vous aurez inévitablement de la visite.

Dans tous les cas la règle d’or est de ne pas paniquer ni crier, et surtout de ne pas affoler un insecte qui, par nature n’est pas agressif, mais peut le devenir si vous faites n’importe quoi.

La piqûre du frelon est plus douloureuse, mais elle n’est pas plus dangereuse. Le frelon a un dard plus long, donc sa piqûre est plus profonde. Le venin peut alors parfois être injecté directement dans les vaisseaux sanguins, accélérant ainsi la réaction.

 

Mieux vaut prévenir…

– Si l’insecte est entré dans une pièce ne tentez pas de le faire sortir coûte que coûte, car il pourrait ne pas apprécier. Allumez vos éclairages extérieurs et éteigniez la pièce concernée ; l’insecte repartira bien souvent comme il est venu, c’est à dire attiré par la lumière… cette fois extérieure.

-Un frelon qui s’approche de la lumière est très souvent moins vif, car un peu désorienté et ébloui.  Il ne réagit donc pas spécialement vite. Cela vous laisse le temps si vous le jugez nécessaire, de riposter calmement.

– Si vous optez pour la riposte, ayez une bombe insecticide appropriée. Laissez le frelon se poser et aspergez le si possible à bout portant.

– Pour profiter d’un dîner dans le jardin ou d’une soirée barbecue entre amis, évitez au maximum les éclairages au sol, sur un pied de parasol, ou placé à côté de vous. Car en vous arrivant dessus sans crier gare, l’impressionnant frelon sèmerait en effet la panique, ce qui n’est jamais bon. Privilégiez un éclairage haut ou au mur, ou à défaut éloignez le plus possible la source de lumière de vous et vos invités.

– Sachez enfin que le risque encouru est au plus haut en fin de saison. Les nid atteignent alors leur maximum d’individus. Cette affirmation est valable pour toutes les espèces du groupe des Vespidae.

 

La destruction de nids de Guêpe ou de Frelon, une opération dangereuse

By | infos utiles | No Comments

Un nid de guêpes dans votre garage, un nid de frelons dans votre véranda, ou dans vos combles?

Des frelons asiatiques dans un arbre ou une haie de votre jardin?

Le mieux est évidemment de faire appel à des professionnels de l’enlèvement de nids, les pompiers n’intervenant plus pour détruire les nids.

 

– Si vous êtes véritablement contraint d’intervenir vous même- Avant toute chose il faut savoir qu’une dizaine d’accidents mortels est à déplorer chaque année en France. Et plusieurs centaines de cas de piqûres multiples. Ces accidents ont quasiment toujours pour origine une imprudence grave. Par exemple un jet de pierre sur un nid de frelons, ou un arrosage du nid. Ou encore une tentative de mettre le feu au nid, ou une intervention inappropriée à la bombe.

Le côté accidentel n’est pas à négliger dans ces données ; certains travaux virent tous les ans à la catastrophe !

Le terrassement, l’élagage d’arbres ou de haies, la pose de tuile, les travaux de voirie, etc…

Je conseille donc d’utiliser un pulvérisateur à poudre insecticide de jardin. Si possible, repérez l’entrée du nid, et privilégiez une intervention tard le soir, ou tôt le matin. Ce sont les heures ou le maximum d’individus sont présents dans le nid. Poudrez rapidement l’entrée du nid en essayant d’être le plus précis possible, et éloignez vous tout de suite. Il est préférable d’agir avec plusieurs épaisseurs de vêtement, même si cela ne garantit aucunement l’immunité quant aux piqûres. Il ne faut pas oublier que tous les individus ne sont jamais réunis dans le nid !  Donc si vous parvenez à attaquer les insectes sortants, vous risquez d’être pris à revers par les entrants.

 

Il faut parfois jusqu’à 72 heures pour voir un nid de guêpes éradiqué de cette manière. En effet, c’est uniquement au contact de la poudre que les insectes seront contaminés. Autrement dit, chaque insecte doit recevoir un peu de poudre, qu’il amène malgré lui depuis l’entrée, et qu’il ingère en se toilettant à l’intérieur. Cela prend donc un certain temps, puisque cela ne fonctionne que sur les hyménoptères adultes au moment du poudrage. Il faudra aussi attendre que les larves à naître sortent à leur tour pour être contaminées au fur et à mesure.

Si le nid est accessible,  attendez 3 ou 4 jours après le traitement avant de tenter de le décrocher. Assurez-vous bien de l’absence d’entrées ou de sorties d’individus avant tout !

Je décline bien évidemment toute responsabilité pour les informations données ci-dessus et j’insiste sur le risque mortel. Je conseillerai toujours d’éviter les interventions « maison », en s’en remettant à un professionnel qualifié et équipé. Nous sommes formés pour lutter contre ces insectes, et si enlever un nid de frelons, ou se débarrasser d’un nid de guêpes est un métier, ce n’est pas un hasard…

 

Les accidents dus aux nids de guêpe résultent souvent d’une méconnaissance de leur mode de vie. Par exemple, les scientifiques ont prouvé depuis de nombreuses années que les insectes utilisent les phéromones comme moyen de communication. Des phéromones dites « sexuelles », pour la recherche du partenaire, ou encore des phéromones dites « de piste » pour le cheminement. Chez les frelons et les guêpes, ce mode de communication est extrêmement élaboré . Il suffit qu’un hyménoptère se sente agressé, et il envoie à tous les autres individus un message de danger. Ou un message d’attaque. Si vous êtes à proximité d’un nid à ce moment, l’accident est presque inévitable.

 

EN CAS DE PIQÛRE…

 

Tout d’abord ne pas perdre son sang froid, c’est douloureux mais il n’y a pas de danger.

Par contre si la personne piquée est allergique, ou s’il y a suspicion d’allergie, c’est l’urgence médicale absolue et sans délais.

Pareil si la piqûre se produit dans la gorge, ce qui peut arriver en mangeant un fruit où une guêpe s’est entrée au préalable.

Contrairement à une idée reçue le phénomène allergique est principalement traité à l’adrénaline, souvent par une injection sous-cutanée en cas d’urgence, et non à la cortisone.

Souvenez-vous qu’une allergie peut évoluer en oedème de Quincke, avec constriction thoracique et à terme donc détresse respiratoire et circulatoire. D’où la nécessité d’intervenir RAPIDEMENT.

– A noter au passage que toute personne allergique au venin des Hyménoptères devrait disposer en permanence du matériel nécessaire en cas de réaction, ou se faire désensibiliser puisque c’est devenu possible !

Une douzaine de morts sont en moyenne répertoriés en France suite à des piqûres d’hyménoptères, soit bien plus que de décès par piqûre de vipère par exemple.

– Si la piqûre est en quelque sorte « ordinaire », l’application d’un anti-inflammatoire soulage rapidement. A défaut, pour les adeptes du remède de grand-mère, le vinaigre en friction locale est aussi bénéfique, tout comme l’eau de Javel qui en plus désinfecte.

Le venin étant par ailleurs « thermolabile », autrement dit sensible à la chaleur, on peut utiliser l’extrémité incandescente d’une cigarette en l’approchant au plus près de la piqûre durant une bonne minute (mais sans pour autant provoquer une brûlure…a-t-on besoin de le préciser?)